La norme NF C 15-100 pour l'électricité : vos obligations

Lecture 5 min.
Illustration electriciteguide

Le réseau électrique domestique est soumis à un ensemble de normes, regroupées sous la norme NF C 15-100. Dans une construction neuve ou lors de travaux de rénovation complète, les normes électriques pour une maison ou un appartement doivent être respectées afin de garantir la sécurité des occupants et celle de tous les appareils branchés sur le circuit.

Illustration
Comparez des devis gratuits
pour une installation électrique
Trouvez le bon électricien pour votre projet.
Comparez

Objectifs et champ d'application de la norme NF C 15-100

La norme électrique NF C 15-100 est un document qui établit la liste des obligations à respecter pour installer et entretenir un circuit électrique dans un bâtiment à usage d'habitation. Elle assure la sécurité des personnes, des biens et des appareils électriques des lieux, et garantit leur confort d'utilisation et leur bon fonctionnement dans la durée.

Elle s'applique depuis sa dernière mise à jour en 2016 à toutes les constructions neuves, à toutes les rénovations électriques impliquant au moins le remplacement du tableau électrique. Elle concerne également tous les agrandissements de maison (surélévation et extension).

Elle est aussi connue sous l'appellation norme C 15-100.

Comparez des électriciens qualifiés près de chez vous

Installation électrique générale et pièce par pièce : les règles à respecter

La norme réglemente le nombre de prises de courant simples et spécialisées, d'interrupteurs et de socles DCL pour l'éclairage ainsi que leur emplacement. Elle précise aussi l'installation du tableau de répartition et les dispositifs électriques obligatoires qui le composent, la GTL (Gaine Technique du Logement), la mise à la terre, l'obligation d'installation d'un parafoudre...

Elle réglemente également le circuit électrique dans les pièces principales de l'habitat, maison ou appartement, en fonction de leur surface. Chacune doit disposer d'un nombre de prises électriques minimum et d'interrupteurs installés à l'entrée de chacune à une hauteur depuis le sol comprise entre 90 cm et 130 cm (entre 40 et 130 cm pour les logements des personnes à mobilité réduite).

Notez que la mise à la terre est obligatoire pour tous les appareillages électriques de chaque pièce pour votre propre sécurité et pour celle de tous vos appareils en cas de surtension et particulièrement d'impact de foudre.

Normes d'installation électrique dans la cuisine

Si la superficie est inférieure à 4m², on prévoit la pose de 3 prises simples, dont 2 installées au-dessus du plan de travail (15 cm en hauteur minimale) ; si la superficie est supérieure à 4m², 6 prises simples doivent être posées, dont 4 sur le plan de travail.

S'il y a une hotte aspirante, on peut ajouter une prise supplémentaire à côté, à une hauteur minimale de 180 cm.

La cuisine doit posséder au moins un circuit spécialisé dédié à l'alimentation du four (16 A), une prise 32 A pour alimenter une cuisinière ou plaques de cuisson et une autre de 16 A pour le lave-vaisselle.

Si tous les appareils de chauffage et les gros électroménagers sont installés dans la cuisine et non dans la buanderie, le circuit électrique doit être prévu en conséquence. On ajoutera donc une prise 16 A pour le lave-linge et une autre 16 A pour les circuits de chauffage (chaudière,  chauffage électrique, pompe à chaleur...).

Enfin, la cuisine est équipée d'un éclairage au plafond et d'une commande au minimum.

Demandez un devis gratuit pour une installation électrique

Normes électriques du séjour

Avec une surface inférieure à 28m², on installe 5 prises minimum (7 si la surface est supérieure) que l'on complète par un circuit dédié aux télécommunications (téléphone, internet), une prise RJ45 protégée par son propre dispositif de protection sur le tableau modulaire.

La pièce à vivre doit être dotée d'un éclairage plafonnier et d'un interrupteur.

Les circuits électriques des chambres : quelles normes ?

Chaque chambre de l'habitat doit être équipée d'au moins un éclairage plafonnier, un interrupteur, 3 prises simples (dont une située près de l'interrupteur) et une prise RJ45.

Comparez des électriciens qualifiés près de chez vous

Respecter la NF C 15-100 dans la salle de bain

La salle de bain est une pièce humide dans laquelle électricité et eau sont proches. C'est pourquoi la norme y distingue 5 espaces, dans lesquels différent les branchements électriques :

  • Volume caché : correspond à l'espace sous la baignoire / douche, tout passage électrique y est strictement interdit.
  • Volume 0 : correspond à la zone de la baignoire ou douche. N'y sont autorisés que les éclairages TBTS (très basse tension de sécurité) avec une tension inférieure à 50V (généralement en 12 V).
  • Volume 1 : comprend le sol du Volume 0 sur une hauteur de 225 cm. N'y sont autorisés que les éclairages et interrupteurs TBTS, les canalisations et le chauffe-eau instantané ou à accumulation.
  • Volume 2 : zone autour de la douche ou baignoire sur 60 cm au sol et 225 cm en hauteur. On y autorise les équipements de Volume 1, les appareils d'éclairage et de chauffage de classe 2 (double isolation) et les prises rasoirs 20 à 50 V pourvues d'un transformateur de séparation).
  • Hors Volume : reste de la salle de bain où tous les appareillages électriques sont autorisés.

Dans tous les cas, la salle de bains doit être pourvue d'un éclairage, d'un interrupteur et d'une prise électrique (en respectant les volumes), voire d'une prise 16 A pour le lave-linge.

Les normes électriques dans les autres espaces supérieurs à 4m² et les WC séparés

Chacun doit être équipé a minima d'un interrupteur, d'une prise électrique et d'un socle DCL pour l'éclairage.

Demandez un devis gratuit pour une installation électrique

Les circuits extérieurs : que dit la norme ?

Chaque entrée de la maison doit être équipée d'un point d'éclairage (avec détecteur de mouvement ou interrupteur IP55).

Les normes électriques du tableau modulaire

Afin de respecter chaque point de la NF C 15-100, le tableau électrique doit être pourvu d'une mise à la terre, d'un schéma d'installation clair et visible, d'un parafoudre s'il est obligatoire. La protection différentielle de chaque circuit simple ou spécialisé par des dispositifs différentiels à courant résiduel de 30 mA (disjoncteur ou interrupteur différentiel) est aussi obligatoire. Elle garantit une coupure d'urgence du circuit en cas de surtension ou de court-circuit (pour vous éviter tout risque d'électrisation ou d'électrocution).

Comparez des électriciens qualifiés près de chez vous

Équipez votre logement d'un GTL ou d'un ETEL 

Tous les logements individuels doivent être équipés d'une Gaine Technique du Logement (GTL) ou d'un Espace Technique Electrique du Logement (ETEL) de préférence. Avec des dimensions réglementées, ce dernier comprend le tableau modulaire, le compteur électrique et l'alimentation générale.

L'ETEL doit être protégé de l'eau, de l'humidité et de la poussière pour garantir votre sécurité et son bon fonctionnement.

Vérifiez et certifiez votre logement avec le CONSUEL

Une fois les travaux électriques terminés, en neuf et rénovation, le passage d'un agent du CONSUEL (Comité National pour la Sécurité des Usagers de l’Electricité) permet de vérifier la conformité de l'installation électrique domestique. Il vous délivre une attestation de conformité (à transmettre au locataire ou futur acquéreur en cas de location ou vente du bien immobilier).

Illustration
Comparez des électriciens qualifiés
près de chez vous
Trouvez le bon électricien pour votre projet.
Comparez