Interrupteur différentiel  : Fonctionnement et installation

Illustration electriciteguide

La norme NF C 15-100 impose l'installation de dispositifs électriques de protection différentielle sur le tableau électrique d'une habitation. Le rôle de l'interrupteur différentiel est de protéger avant tout les personnes des fuites de courant. On le confond souvent avec le disjoncteur différentiel, aux propriétés voisines. Comment choisir entre les deux ?

Illustration
Comparez des devis gratuits
pour une installation électrique
Trouvez le bon électricien pour votre projet.
Comparez

Caractéristique de l'interrupteur différentiel

L'interrupteur différentiel est un dispositif de protection intégré sur le tableau. Son rôle est de surveiller constamment le courant qui parcourt l'installation électrique de la maison. S'il détecte une différence, c'est qu'il y a ce qu'on appelle une fuite de courant : l'électricité se trouve ailleurs que dans les fils électriques (par exemple, dans la carcasse métallique d'une machine à laver). Pour éviter qu'une personne ne soit électrocutée ou ne reçoive de chocs électriques, le différentiel va tout simplement couper le courant.

On choisit les dispositifs différentiels en fonction du besoin de protection : le seuil de déclenchement ou sensibilité est ainsi l'une des caractéristiques principales. Exprimée en milliampères (mA), c'est la limite au-delà de laquelle l'interrupteur coupe le courant. La valeur la plus répandue est le 30 mA.

En général, l'interrupteur est placé avant les disjoncteurs divisionnaires, en début de rangée du tableau électrique.

Comparez des électriciens qualifiés près de chez vous

Qu'est-ce qu'un disjoncteur différentiel ?

Le disjoncteur différentiel remplit la même fonction que l'interrupteur, mais il assure en plus la protection du matériel. En effet, il réunit un disjoncteur divisionnaire, dont le rôle est d'éviter les courts-circuits ET un interrupteur différentiel. Il protège donc à la fois les appareils de l'installation électrique et les personnes des risques d'électrocution.

Le disjoncteur différentiel est caractérisé par deux paramètres :

  1. Le seuil de déclenchement (par exemple 30mA) ;
  2. La protection magnétothermique (par exemple 20A).

Comment choisir entre les deux dispositifs ?

La norme NF C 15-100 impose au moins deux dispositifs différentiels de 30 mA par logement et tous les circuits d'une installation électrique doivent être protégés par un différentiel (disjoncteur ou interrupteur).

Le disjoncteur différentiel coûte plus cher que l'interrupteur, mais il a un certain nombre d'avantages :

  • Il permet d'installer une protection dédiée sur un circuit spécialisé, alors qu'un interrupteur, installé en début de rangée, va couper le courant aux disjoncteurs divisionnaires qu'il protège en cas de défaut !
  • Comme il intègre déjà un disjoncteur, le dispositif se protège lui-même d'une surtension, alors qu'un interrupteur seul peut être endommagé par un courant trop fort.
  • Il occupe moins de place dans le tableau électrique (2 modules, alors qu'un interrupteur + disjoncteur divisionnaire en prend 3).
Demandez un devis gratuit pour une installation électrique

Les types de différentiels

Disjoncteurs comme interrupteurs sont classés en trois types, selon leur capacité à supporter les perturbations produites par les différents appareils d'un circuit électrique.

  • Le type AC détecte un courant de fuite simple, c'est le dispositif que l'on installe sur la plupart des circuits électriques : éclairage, prises de courant...
  • Le type A est installé sur les circuits spécialisés de la maison, notamment ceux du lave-linge et de la plaque de cuisson. Il prend en compte les perturbations électroniques de ces appareils.
  • Le type F (anciennement appelé Hi ou Si) est spécifiquement conçu pour les circuits qui ne doivent pas être coupés, comme celui du congélateur ou un réseau informatique.
Illustration
Comparez des électriciens qualifiés
près de chez vous
Trouvez le bon électricien pour votre projet.
Comparez