Le paratonnerre est un dispositif qui permet de protéger de l’extérieur un bâtiment contre les coups direct de la foudre. En règle générale, c’est une pointe placée sur le  point le plus haut d’un bâtiment afin de capter l’énergie de la foudre et de la conduire directement à la terre par le biais de fils conducteurs. La foudre choisit toujours le chemin le plus court et le plus direct entre les nuages et le sol et c’est pourquoi on place une pointe métallique au sommet des édifices et autres bâtiments pour « appâter » la foudre. Le courant généré avec la foudre génère des tensions de plus de 100 millions de volts et grâce au paratonnerre, ce courant est directement dirigé vers la terre, dans le sous-sol, sans causer de dégâts en se dispersant aux matériels ni aux personnes.

Phénomènes du paratonnerre

Il faut noter que le paratonnerre, en plus d’exploiter le phénomène dit de pointe avec l’objet métallique, aide également à favoriser ce que l’on nomme la cage de Faraday pour donner un effet protecteur des conducteurs de descente autour d’un bâtiment.

La plupart du temps, les gens confondent le paratonnerre et le parafoudre qui n’ont rien à voir car le parafoudre va protéger uniquement les appareils électriques et électroniques dans l’habitation tandis que le paratonnerre protège l’ensemble de l’installation électrique d’un e maison grâce à un procédé externe.

Types de paratonnerre

Il existe différents types de paratonnerre comme le paratonnerre à tige simple : c’est une tige métallique de 3 à 8 mètres de haut qui va dominer la structure à protéger et qui relie à la terre par un conducteur. On l’utilise souvent pour les petites structures comme des châteaux d’eau, des pylônes, des cheminées, etc. Ensuite, il y a le paratonnerre à cage maillée (sorte de cage de Faraday) qui va englober toute la structure, le paratonnerre à fils tendus qui ressemble à celui à cage maillée mais qui est constitué d’un maillage de conducteurs distants de al structure pour éviter que la foudre ne tombe sur la structure même, idéal pour des zones ouvertes. La dernière possibilité est la protection avec des éléments naturels dont les épaisseurs et la constitution permettent de juguler le courant électrique