Dans une habitation, l’installation électrique est omniprésente, que ce soit pour le chauffage, l’alarme, l’électroménager, les luminaires. Mais cette installation reste chère et demande un abonnement qui correspond aux besoins de chacun en électricité. Inutile de dépenser plus que ce que l’on a besoin et inversement, autant booster certains appareils qui réclament plus d’électricité à cause d’un usage fréquent.

Premiers réflexes

Le premier réflexe à avoir est de déterminer la puissance électrique : celle-ci s’obtient à partir des valeurs telles que la tension et l’intensité de l’installation domestique. Il existe différents appareils pour mesurer ces données comme le voltmètre qui mesure la tension de l’installation, l’ampèremètre qui évalue l’intensité électrique et le multimètre qui calcule toutes les valeurs à la fois.
Le second réflexe est de choisir d’un source d’électricité comme le système de batterie, l’installation solaire ou le raccordement au réseau électrique pour calculer la puissance électrique.
L’autre étape est de lister tous les appareils électriques fournis en électricité ainsi que de leur quantité pour ensuite calculer leur puissance maximale pour l’alimenter (parfois indiquée sur la notice).

Estimation de la puissance nécessaire

Grâce au calcul de puissance électrique, il est possible ensuite de définir celle qui correspond au mieux à son rythme de vie et à sa consommation au jour le jour :
. 3 kw : puissance électrique destinée aux personnes dans une petite habitation ;
. 6 kw : destiné à un appartement ou maison d’une surface moyenne, environ 100 m².
. 9 kw : pour les habitations de 100 m², cette puissance plus élevée est caractérisée par un niveau de confort plus important avec un équipement TV/ordinateur/téléphonie et de l’électroménager ;
. 12 kw : puissance pour un logement supérieur à 110 m² qui est chauffé avec un équipement électrique performant ;
. De 15 à 36 kw : ces puissances importantes sont pour les grands habitats qui ont le chauffage mais demeurent sont mal isolés.