L’installation électrique n’est pas toujours la même selon le type de pièce où l’on décide de l’effectuer. Et c’est le cas de pièces d’eau qui demandent une attention particulière, en raison de potentiels dangers avec l’eau. Il est important de savoir que la norme NF C 15-100 détermine 4 zones ou volumes dits de sécurité dans une pièce d’eau afin de ne pas installer son électricité n’importe où et n’importe comment. Les risques d’accidents domestiques sont élevés dans ce type de pièce et il convient de réduire les risques au maximum avec des installations en règle et des normes de sécurité à respecter à la lettre.

Règles de base

Les règles de base imposent l’installation d’un disjoncteur différentiel dans tout logement ainsi qu’une prise de terre et la mise en terre de tous les éléments métalliques et canalisations.
Le degré de protection du matériel est indiqué par l’indice de protection IP, comportant deux chiffres, à savoir le 1er chiffre qui est la protection des corps solides (de 1 à 6 avec 0 comme aucune protection et 6 à protection totale) et le second chiffre est la protection des corps liquides, allant de 1 à 8.

Différentes zones

Les pièces d’eau, comme la salle de bain, sont donc découpées en volumes selon la norme NF C 15-100 : le volume 0 correspond à la baignoire ou à la douche et aucun appareil électrique n’est toléré. Le volume 1 est une zone de 2.25 m à partir de la baignoire ou de la douche : au-dessus des sanitaires, sont autorisés les appareils d’éclairage et interrupteurs à basse tension. Dans le volume 2 (3 mètres à partir de la baignoire ou douche), il est possible d’installer les appareils de chauffage électrique et luminaires de classe II avec la norme NF. Le volume 3, lui, correspond au reste de la pièce (distante de 60 cm du volume 0) où peuvent être branchés et reliés les appareils électriques et matériels électriques de classe I ainsi que les prises de courant de type 2P.