L’électrocution survient lors du passage d’un courant électrique dans le corps humain ; la mort est provoquée généralement via une crise cardiaque (car le courant contracte tellement les muscles du cœur qu’ils l’empêchent de battre) ou alors par asphyxie (de même les muscles respiratoires ne parviennent plus à fonctionner).
L’électrocution n’est pas toujours mortelle non plus, elle peut avoir des incidences comme des brûlures, une contraction spontanée des muscles, une fibrillation ventriculaire : on parle alors d’électrisation car le passage du courant électrique n’a pas amené au décès.

Types d’électrocution

Médicalement, on sait que le corps humain est fait pour résister jusqu’à 25 mA en moyenne mais que cette résistance dépend bien des paramètres comme l’état de la peau, la nature du sol, la présence de vêtements isolants et l’état général physique de l’individu.
Deux types d’électrocution existent, à savoir l’électrocution par un courant inférieur à 1000 volts et celle provoquée par un courant supérieur à 1000 volts qui survient souvent lors d’un accident de travail où les tensions des appareils sont plus fortes.
Les causes de l’électrocution sont variées et se répartissent à moitié entre accidents domestiques et accident du travail la foudre, les accidents dans les salles de bain sont autant de raisons qui peuvent amener à l’électrocution si on ne prête pas attention à ce que l’on fait.

Prévention et secours

Dès qu’un personne a été électrocuté, il ne faut surtout pas la toucher, il faut couper le courant au compteur général, appeler les secours (SAMU ou pompiers), réanimer la personne par bouche à bouche et massage cardiaque si possible.
La meilleure des solutions est encore la prévention en cas d’électrocution ou tout du moins pour l’éviter en respectant strictement les normes électriques (norme NF C 15-100 pour toute installation électrique), d’utiliser des systèmes de sécurité comme un disjoncteur, des fusibles et de manipuler les installations avec des gants isolants.