Le délesteur électrique est un petit appareil qui va gérer automatiquement l’alimentation électrique des appareils. Son but est de permettre de réduire le montant de la facture d’électricité en jouant sur le prix de l’abonnement. Grâce au délesteur, il est possible d’utiliser davantage d’appareils tout en diminuant la puissance souscrite sans faire disjoncter l’installation entière.
Pour ce qui concerne les habitations individuelles, cela est le propos du tarif bleu d’EDF.

Fonctionnement du délesteur

Mais comment fonctionne-t-il ? Lorsque la consommation risque de dépasser le seuil de puissance souscrite dans le contrat d’abonnement, le délesteur va couper l’alimentation électrique des circuits jugés non prioritaires mais conservera les circuits prioritaires alimentés. Au fur et à mesure, le délesteur va réalimenter les circuits interrompus. On estime ainsi que dispositif permet d’effectuer des économies jusqu’à 50% du prix de l’abonnement.
Il existe 3 types de délestage, à savoir le délestage en cascade lorsque les pénalisations se font toujours dans le même ordre (il faut hiérarchiser les pénalisations), mais aussi le délestage par rotation dit cyclique qui permet d’éviter que ce soit toujours les mêmes appareils qui soient pénalisés et enfin, le délestage qui combinent les deux premiers (on parle alors de cascado-cyclique), c’est-à-dire cyclique puis en cascade.

le-delesteur

Choix du délesteur

Il est important que le délesteur doit être conforme à la norme NF C 61-750 et désormais, la plupart des délesteurs sont compatibles aussi bien avec les compteurs magnétiques, électromagnétiques et électroniques. Il faut également surveiller que le délesteur soit monophasé, triphasés ou mixtes.
Pour bien choisir son délesteur, il faut le choisir en fonction du type de sorties : par exemple, pour une installation basique, il faut prendre des sorties dites TOR (Tout Ou Rien) qui nécessitent un relais par contacteur mai si l’on dispose d’un système de commande à distance (télécommande, téléphonie, alarme), il faut alors prendre une sorte « fil pilote ». Pour les commutations plus nombreuses, on conseille d’opter pour les sorties dites « triacs ».